Ce que tu as caché aux sages et aux savants, tu l’as révélé aux tout-petits 

Print Friendly, PDF & Email

            C’est ainsi que Jésus bénit son Père, notre Père : « Ce que tu as caché aux sages et aux savants, tu l’a révélé aux tout-petits ». St François d’Assise est devenu pauvre pour être pauvre au milieu des pauvres. Et c’est aussi le chemin que nous, sœurs de St François d’Assise, nous désirons poursuivre.

            « Se faire pauvre », serait-il suffisant pour entendre les secrets de Dieu ? Est-ce que cela permettrait de comprendre ce que Dieu dit à ceux qui vivent la fragilité et la pauvreté au point d’être qualifié de « tout-petit » ?

     La force de la volonté ne peut y parvenir. La pauvreté spirituelle qui nous rend vulnérable aux appels de Dieu par les pauvres s’accueille de la plus belle des manières : elle s’apprend au contact de ceux qui n’ont plus rien, dans la durée et la patience, dans la compassion et la lutte.

      La pauvreté, la misère, la souffrance mordent toujours autant d’hommes et de femmes épuisés par les épreuves. Et Dieu entend le cri de son Peuple.

     Lors de l’un de mes déplacements, Alain, qui a une longue histoire de galère et d’épreuves depuis la naissance, m’a dit ceci :  « Est-ce que tu comprends ce que je te dis ? On a tous en nous quelque chose que personne ne pourra nous retirer : notre capacité d’aimer. Il faut donner ce qu’on a de meilleur à donner, sans rien en attendre. Même si l’autre a envie de te détruire. C’est à toi de décider, décider d’aimer même celui qui te fait souffrir, et même si ça fait mal ! »

     Au-delà du service missionnaire, nos rencontres nous ouvrent des chemins inattendus et in-entendus. Reconnaîtrons-nous Dieu nous interpeller pour « faire alliance avec son Peuple », avec les hommes, les femmes, les enfants, avec ma sœur, même si ça fait mal ?

     Et vous,  quels témoignages pourriez-vous nous partager ?

Sr Elisabeth Drzewiecki