Bangui – Benz Vi : la formation et la proximité

Print Friendly, PDF & Email
femmes

Avec les femmes.

Cette 2ème fraternité en Centrafrique, à Bangui, est ouverte depuis le 17 novembre 2008.  La fraternité est composée de 4 sœurs.

La mission des sœurs :

les sœurs œuvrent au Centre de formation professionnelle Ste Elisabeth : 78 élèves, réparties sur 4 années de formation. La plus jeune a 16 ans. Apprentissage en couture, cuisine, économie familiale, alphabétisation. Au bout des 4 ans de formation, les jeunes femmes ont une attestation reconnue par le pays (le centre est agréé) et reçoivent des outils, du matériel – tissus, pagnes etc… et une machine à coudre pour pouvoir s’installer à leur propre compte. Deux monitrices sont employées pour la formation. Une dame vient aussi pour le crochet et une sœur d’une autre congrégation pour l’alphabétisation.

Une soeur avec les enfants atteints de handicap

Compte-tenu des événements, le centre n’a pas pu fonctionner pendant au moins deux mois, même si quelques femmes continuaient à venir travailler. Et il devient encore plus difficile pour certaines de payer les frais de scolarité et les fournitures. Mais le Centre peut aider les plus nécessiteuses grâce aux dons reçus par des associations ou donateurs. Tous les ans, le centre confectionne les tenues scolaires du complexe de Bégoua ce qui représente une source de revenus importants.

Les sœurs ont développé une structure d’appui et d’aide technique pour enfants et jeunes vivant avec un handicap : « L’objectif visé consiste à donner la possibilité aux plus démunis de retrouver leur dignité et la chance d’être bien traité et pris en charge comme toute autre personne de classe sociale différente. Sont proposés la rééducation fonctionnelle, la formation continue des parents, le suivi scolaire de enfants, la réinsertion socio-économique, le suivi à domicile et le soutien spirituel.

Un chirurgien orthopédiste, vient de France, opérer les enfants handicapés une à deux fois par an.  Se pose la question cruciale du financement de ces activités. Deux personnes sont employées en plus d’une sœur : un rééducateur et une monitrice.

Certains enfants sont pris en charge après une intervention chirurgicale ou un traumatisme ou pour une aide temporaire à la mobilisation, mais d’autres gardent des séquelles importantes ; se pose alors la question de leur devenir (scolarisation, déficience mentale, réinsertion professionnelle…, accompagnement des enfants vivant avec le VIH).

Pour le moment, l’essentiel des activités se déroule dans notre maison, sous l’apatam à l’entrée ou dans le petit bureau au rez-de-chaussée.

Au dispensaire de Bégoua, deux sœurs sont engagées et travaillent avec une autre sœur d’une congrégation rwandaise et du personnel laïc.

Pendant plusieurs mois, les sœurs n’ont pas pu se rendre à Bégoua, et le dispensaire a été alors confié à « Médecins du monde ».

Aujourd’hui, une sœur assure la coordination du fonctionnement du dispensaire et travaille à la pharmacie et à la caisse. La responsabilité sanitaire et médicale est sous l’autorité du médecin. Les malades reviennent progressivement et le dispensaire retrouve un rythme normal de fréquentations dans ses diverses activités (consultations et soins, pharmacie, laboratoire, consultations prénatales, vaccinations et suivis de nouveaux nés). Un dépistage et suivi des enfants malnutris est commencé.

 Au Complexe scolaire Kisito

Pour que  la mission des sœurs intègre davantage le souci des petits, des enfants, de l’éducation, le Conseil de la congrégation a répondu favorablement à la demande des Pères SMA (Société des Missions Africaines) pour une sœur intendante gestionnaire du complexe scolaire (maternelle, primaire et collège). L’école Kisito accueille environ 700 enfants. La présence d’une sœur est appréciée et précieuse….

Pour contacter les soeurs de Bagui- Benz Vi

  • La fraternité de Benz Vi – BP629 – BENZ VI Ste Elisabeth – BANGUI – RCA
  • ssfa.bangui@ymail.com