L’expérience de dialogue de Saint François d’Assise

Print Friendly, PDF & Email

Dieu a choisi les Frères et il les a envoyés pour le bien spirituel et pour le salut de tous les peuples du monde entier.
François s’est opposé à la violence représentée par la guerre qui sévissait entre le monde chrétien et le monde musulman. Il a refusé avec vigueur d’adhérer à la cinquième croisade. Il a aussi tenté de faire désister les Croisés de lancer l’assaut contre le camp Musulman. Sa vision de la situation étant en contraste avec la vision de la plus grande partie des gens de son temps. Ces derniers voulaient éliminer les musulmans parce qu’ils avaient envahi les lieux saints chrétiens, avaient persécuté les chrétiens et rendu difficile la visite des lieux saints.

En-Turquie-le-pape-au-plus-proche-des-orthodoxes-et-des-musulmans_article_main

29 novembre 2014 : le Pape François demande au patriarche œcuménique Bartholomeos de le bénir

Au milieu de ces événements de guerre, Saint François apparaît portant La Croix du Christ, exhortant tout le monde à vivre en fraternité, dans l’amour, dans le dialogue avec les Musulmans au lieu de les combattre avec des armes mortelles. Il rappelle aux Croisés que la Croix est signe d’amour et de sacrifice, non pas de guerre et de destruction. Il obtient, après une opposition tenace, la permission, de rencontrer le sultan Malek El Kamel El – Ayyoubi. L’historien Érnoul raconte dans son livre “Les Chroniques” (1227-1229), comment la rencontre s’est déroulée. Il est possible qu’Érnoul même ait été témoin de la rencontre entre le Sultan et Saint François, qu’il en ait parlé avec ce dernier de retour dans le camp des Francs à Damiette.
François, ayant obtenu la permission avec difficulté, du Cardinal, Légat du Pape, de rencontrer le Sultan d’Égypte, François et son compagnon Frère Illuminé, se rendent chez le Sultan. Avec ce dernier, il s’entretient sur des sujets religieux et en particulier sur le salut de l’âme du Sultan même. François déclare que la religion musulmane est erronée. Pour le prouver François n’hésite pas à défier les cheiks à l’épreuve du feu. Les cheiks refusent le défi et ils se retirent un après l’autre et ils ordonnent au Sultan de décapiter les deux Religieux parce qu’ils proclament une Religion contraire à l’Islam. Le Sultan sans écouter ses cheiks, propose à François de rester chez lui. François préfère revenir au camp chrétien puisqu’il avait terminé sa mission.

Lire la suite: Importance de la rencontre