Pauvreté en esprit

Print Friendly, PDF & Email

main

Plus haut que la pauvreté des biens matériels, François place la pauvreté spirituelle qui est le détachement de tous les biens, y compris de ceux inhérents à l’existence personnelle, comme les talents, les qualités morales et surtout la volonté propre :

« Bienheureux, dit-il, le serviteur de Dieu qui fait hommage au Seigneur de tout ce qui lui a été donné de bon. Mais celui qui garde pour lui un talent confié ressemble à cet homme qui cache au fond de lui-même l’argent de son maître, et ce qu’il croit avoir lui sera enlevé…»(Admonition,19).

Le détachement de tout ce qui pourrait être revendiqué comme le bien propre de la personne, voilà le sommet de la pauvreté ici-bas.

Celle qui combat tout égoïsme, toute recherche de soi, toute confiance exagérée en soi-même : « Qu’as-tu que tu n’as reçu, et si tu l’as reçu, pourquoi t’en glorifies-tu ?».

Lire la suite: Renoncer à sa volonté propre