Pauvreté et annonce de l’Évangile

Print Friendly, PDF & Email
les brigands à table

Au tour de la table. Retable Institut

La fraternité franciscaine est plus proche du groupe Jésus et ses apôtres, que de la communauté primitive de Jérusalem. Les Apôtres avaient tout quitté pour suivre Jésus dans sa vie itinérante et prédicante. Jésus lui-même avait abandonné sa famille, son village, son métier, et il pouvait dire en toute vérité :« Le Fils de l’homme n’a pas une pierre où reposer sa tête ».

Dès le début de la fraternité franciscaine, François envoie ses frères vers les quatre points cardinaux. Ils sont démunis de tout parce que l’intuition religieuse de François s’est clarifiée à la lecture de l’évangile de l’envoi en mission des douze apôtres.

Ayant assisté à la sainte messe le jour de la fête d’un Apôtre, il demande au prêtre de lui expliquer l’évangile de la fête… „et quand François entendit que les disciples du Christ ne doivent posséder ni or, ni argent, ni besace, ni pain, ni bâton, qu’ils ne doivent avoir ni chaussures, ni deux tuniques, qu’ils doivent prêcher le Royaume de Dieu et la pénitence, transporté aussitôt de joie dans l’Esprit-Saint : Voilà ce que je veux, s’écria-t-il, voilà ce que je cherche, ce que, du plus profond de mon cœur, je brûle d’accomplir ! Séance tenante notre Père saint, débordant de joie, passe à la réalisation de ce salutaire avis“. (Thomas de Celano, Vita 1a, n.22).

Imiter le Christ, c’est se libérer de tout bien et de toute possession pour être plus libre, plus léger, pour annoncer l’Évangile.

Lire la suite: La Pauvreté pour aujourd’hui.