Quelle audace a-t-il fallu à ces femmes

Print Friendly, PDF & Email

Très vite, oubliant les hésitations ou les défiances du tout début, le diocèse apporta une aide précieuse, mettant au service de l’œuvre de Grèzes quelques uns de ses prêtres et permettant ainsi aux enfants de grandir entourés de figures féminines et des figures masculines.

Quelle audace a-t-il fallu à ces femmes ! Les sœurs ont tout fait, tout assumé ;non seulement l’éducation des enfants et l’école, mais aussi la cuisine, la buanderie, le jardin, la ferme, les champs, le soin des bêtes, la couture, la quête dans toute la Région et même au-delà pour récolter quelques subsides. On raconte encore les veilles interminables pour confectionner les costumes des enfants.
Et ce dans des conditions précaires, avant les conventions collectives, avant les agréments.
Il fallut bien souvent compter sur la Providence et sur une ligne du budget que nous pourrions intituler « oiseaux du ciel et lys des champs » pour faire vivre 160 enfants set 90 religieuses !

grezes56

La mission des Sœurs à Grèzes

Mais leur conviction  s’est appuyée sur une charité inventive, courageuse, novatrice dans la recherche de compétences, de partenariat, de formation, ce qui permit très rapidement la création de l’Association gestionnaire  puis de l’Association propriétaire, toutes deux bien présentes aujourd’hui encore.

Cette aventure est fondée en un socle inébranlable : la reconnaissance du mystère de chacun, l’affirmation de son inaliénable dignité. Élever un enfant, c’est l’élever d’abord à ses propres yeux. C’est lui transmettre la confiance en lui-même. Les sœurs ont désiré servir l’humain, servir l’image de Dieu en chacun de ces enfants, servir le Christ dans le plus petit de ses frères. Par amour.
Le charisme actuel de l’Institut des Sœurs de Saint François d’Assise est pleinement redevable et héritier de ce prophétisme vécu par Césarine et toutes ces femmes qui l’ont suivie.

Vint ensuite le temps de l’essor. Les premiers conventionnements, le développement des structures de la Sauvegarde de l’enfance, les subventions de l’État, les prix de journée ; le perfectionnement des formations pédagogiques, le développement d’un projet éducatif et pédagogique, tout cela a permis de faire de Grèzes un centre vivant et précurseur dans la région méridionale. Les filières professionnelles se sont développées tant dans le domaine artisanal qu’agricole.

Lire la suite: Aujourd’hui.