Pauvreté et Fraternité

Print Friendly, PDF & Email
PHOT0008.JPG

Retable de la fondation de l’institut

Si la pauvreté est chez François une attitude théologale, elle n’en est pas moins voulue et recommandée par lui comme une nécessité de la vie fraternelle évangélique.

La communion fraternelle suppose un partage des biens, dont le modèle reste la communauté de l’Église de Jérusalem décrite dans le livre des Actes des Apôtres. Richesse et pouvoir sont les tentations permanentes de tout rassemblement humain. L’Église elle-même y a succombé au cours des siècles, perdant ainsi sa crédibilité évangélique. La conversion à la pratique de l’Évangile passe obligatoirement par un dépouillement et un partage.

Les barrières élevées par les différences de conditions sociales ne peuvent être renversées que par le partage et la pauvreté volontaire. Les frères mineurs sont invités à se situer à la dernière place afin de pouvoir rencontrer plus facilement chacun, quelle que soit sa condition : « Ils doivent se réjouir quand ils se trouvent parmi des gens de basse condition et méprisés, des pauvres et des infirmes, des malades et des lépreux et des mendiants des rues…» (1 Reg. 9,2).

François conserve en mémoire la parole du Seigneur :« Si quelqu’un veut te faire un procès pour te prendre ton manteau, abandonne lui aussi ta tunique ». Il ne veut sous aucun prétexte se voir séparer d’un frère en raison d’un bien à défendre. Aussi lorsque l’évêque d’Assise s’inquiète d’une pauvreté si absolue chez les frères et leur conseille de conserver quelques biens , François lui répond : « Monseigneur si nous avions des biens, il nous faudrait des armes pour les défendre. Car c’est de la richesse que proviennent les discussions et les procès; c’est elle qui crée tant d’obstacles à l’amour de Dieu et du prochain. Aussi ne voulons-nous posséder en ce monde aucun bien temporel» (Légende des Trois compagnons, n°35). On voit en cette réponse l’imbrication des valeurs évangéliques : amour du prochain, pauvreté, non-violence, humilité, esprit de paix.

Lire la suite : Pauvreté et annonce de l’Évangile.