L’EAU DANS LA BIBLE

Print Friendly, PDF & Email
zjpaz9mg

La samaritaine.

Le peuple Juif, durant les premiers siècles de sa vie en Palestine, n’a jamais réussi à occuper le bord de mer. Ce n’était pas un peuple de la mer mais de la terre. La mer avec ses vagues et ses profondeurs mystérieuses lui faisait peur.

Le peuple vivait davantage dans les hauteurs et, pour l’eau,  il dépendait de la pluie et des sources. L’eau arrivait d’en haut, du ciel, les jours de pluie.

Dans les sources, l’eau venait d’en bas, de la terre. De plus, peu importe la direction que l’on prenait, proche ou lointaine, il était certain que l’on trouverait de l’eau dans la mer.

L’eau est au-dessus, en dessous et à côté. Partant de son observation empirique, le peuple Hébreux a dessiné l’image de la création. Le deuxième jour, Dieu sépara les eaux, celles de dessus et celles de dessous, et il créa l’espace. Le troisième jour, Dieu sépara la terre sèche de la  terre inondée, et fit apparaître la terre. Le beau poème du psaume 104 décrit la façon dont Dieu maîtrisa l’eau et la mit au service de la vie.

Avant d’occuper la terre au 13ème siècle avant J.C., les gens étaient des nomades qui parcouraient le désert et  trouvaient la vie dans les sources au milieu du désert. Jésus est le Bon Pasteur qui conduit son troupeau aux sources de la vie éternelle (Ps.23, Jn 10).

Lorsque la monarchie s’écroula en 587 avant J.C. et que les signes traditionnels de la présence de Dieu, le temple, la possession de la terre, les sacrifices, le sacerdoce et Jérusalem, furent détruits, beaucoup dirent : « Dieu nous a abandonnés et nous a oubliés. » Mais Jérémie répliqua : « Dieu n’a pas oublié ! Dieu n’a pas rompu son alliance avec nous ! » « Comment le sais-tu ? » demandèrent-ils. « Parce que la pluie continue à tomber, et les fleuves continuent à aller vers la mer en irriguant la terre… »

L’eau est utile pour purifier, pour étancher la soif, arroser les plantes, nager, rafraîchir, préparer la nourriture, et beaucoup d’autres choses. Il est impossible de vivre sans eau

La Samaritaine tirait chaque jour l’eau du puits pour étancher sa soif. En parlant avec Jésus elle a découvert une autre source, à l’intérieur d’elle-même, jaillissant en vie éternelle (Jn 4,14). « Heureux est l’homme qui se plaît dans la loi du Seigneur et murmure sa loi jour et nuit. Il est comme un arbre planté près du cours des eaux, qui donne son fruit en la saison et jamais son feuillage ne sèche, tout ce qu’il fait réussit. » (Ps. 1)

 

Quelques textes de l’Ecriture parlant de l’eau et de son symbolisme :

* Jean 7, 37-39, la promesse de l’eau vive.
* Jean 4, 7-14, l’eau de la vie, dans la conversation avec la Samaritaine.
* Ezéchiel 47, 1-12, la belle vision de l’eau qui coule du temple et irrigue tout.
* Apocalypse 7,17, l’agneau conduit vers les sources d’eau fraîche.
* Apocalypse 22,2, de part et d’autre du fleuve il y a des arbres de vie.
* Genèse 2, 10-13, un fleuve sort du paradis pour arroser le jardin et se divise en quatre bras.
* Psaume 107, 23-30, Dieu ramène la tempête au silence (cf. Mc 4,35-41).

Lire la suite : RÉFLEXION THÉOLOGIQUE SUR L’EAU