L’univers, lieu de contemplation

Print Friendly, PDF & Email
routesassi00018

Contempler la bonté de Dieu

L’auteur de ce texte avait visiblement bien compris le sens de la relation que François voulait entretenir avec toute la création. Frère Thomas de Célano, au paragraphe 165 de sa Seconde Vie de François, nous dit que celui-ci se servait de toutes les choses de ce monde comme autant de miroirs pour contempler la bonté de Dieu. En toute œuvre, il admirait l’Ouvrier ; il référait au Créateur les qualités qu’il découvrait à chaque créature. Il savait, dans une belle chose, contempler le Très Beau ; tout ce qu’il rencontrait de bon lui chantait : « Celui qui m’a fait, celui-là est le Très Bon. » Il poursuivait à la trace son Bien-Aimé en tout lieu de sa création, se servant de tout l’univers comme d’une échelle pour se hausser jusqu’au trône de Dieu.

Ce que les moines et moniales de la grande tradition monastique cherchaient dans la retraite et le silence des espaces protégés, François le trouvait en tout lieu de la création.

Lire la suite: Un appel à la conversion