QUELQUES DÉFIS ÉTHIQUES

Print Friendly, PDF & Email
14019_une

L’eau

EXTRAITS DU TEXTE DU SAINT SIÉGÉ, A KYOTO

1. L’accès à l’eau potable en quantité suffisante fait partie des Droits de l’Homme :

* « L’eau est un bien commun de l’humanité. Ce principe est la base pour une collaboration pour une politique de l’eau, qui donne priorité aux personnes vivant dans la pauvreté… »
* « La place centrale de la personne humaine doit être, avant tout, prise en considération… »
* « Les services de l’eau dans beaucoup de pays en développement sont encore insuffisants en ce qui concerne l’approvisionnement en eau potable. La situation est si dramatique qu’elle ne sera pas résolue sans une aide accrue au développement, et des investissements privés de l’étranger. »
* « Les fonds retirés de la remise de la dette pourraient être utilisés pour améliorer les services de distribution de l’eau. »
2. La privatisation et le bien commun : certains dangers sont associés à une conception de l’eau, considérée comme une simple marchandise à vendre sur le marché.

* « Le principe de la destination universelle des biens de la création  confirme que les gens et les pays, y compris les générations futures, ont le droit d’accéder à ces biens… »
* « Il est extrêmement difficile d’établir un équilibre entre les partenaires privés, et de graves erreurs ont été commises. »

* «Il faut donner plus de pouvoir aux gouvernements et aux communautés locales pour gérer l’eau. La gestion de l’eau devrait être basée sur la participation, l’engagement des usagers et les décideurs à tous les niveaux. »
* « Dans tout engagement du secteur privé avec l’état, il doit exister une parité entre les parties, permettant de prendre ensemble les décisions et de conclure des accords. Un souci  majeur dans l’engagement du privé dans le secteur de l’eau, est de s’assurer que les efforts faits pour le service de l’eau, soient efficaces et justes, et n’entraînent pas d’effets négatifs pour les pauvres et les familles à faibles revenus. »
3. L’intégrité de la création : un chrétien est appelé à promouvoir et à protéger l’environnement, non seulement au bénéfice de la communauté humaine, mais aussi pour l’intégrité de la création tout entière.
4. Le Principe de prévention : la prévention des dommages est la meilleure méthode de protection de l’environnement et des stratégies en faveur des pauvres ;
5. Le Principe de précaution : la pollution est inacceptable. Les décisions et les actions doivent être prises pour éviter la possibilité de dommages  sérieux et irréversibles pour l’environnement, même là où la connaissance scientifique est insuffisante ou peu concluante.
6. Le Principe du pollueur payeur : ceux qui causent des dommages devraient payer une compensation aux victimes, et réparer les dégâts causés à l’environnement.

QUESTIONS POUR LA SECTION  « JUGER ».

 1. Décrivez (en quelques mots) ce que vous pensez être la position de l’Église par rapport à l’eau ?
2. Comment cela peut-il être comparé à l’éthique du marché, de l’offre et de la demande ?
3. Quelle est la déclaration la plus récente de l’Église (locale ou internationale) ou le commentaire dont vous vous souvenez, concernant l’environnement en général, et l’eau en particulier ?
Quelles ont été les réactions de votre communauté ?
4. Vos récents Chapitres ont-ils fait des déclarations sur l’Intégrité de la Création ?

Lire la suite: Le défi pour aujourd’hui