Renoncer à sa volonté propre

Print Friendly, PDF & Email
Les stigmates - Fr Léon

Frère Léon Retable de l’institut

Cette expression qui revient souvent dans la bouche de François exprime le degré le plus élevé de la pauvreté. Il ne signifie pas assurément la démission de la responsabilité, mais au contraire un choix très raisonné de rechercher en toutes circonstances quelle est la volonté de Dieu, pour y communier pleinement, y adhérer avec toutes ses forces morales et spirituelles dans un acte d’adoration et de reconnaissance.

Cela suppose une foi totale en la bonté de Dieu et en sa bienveillance vis-à-vis de chacun. Rechercher la volonté de Dieu suppose qu’à chaque instant je sois dans un état de disponibilité totale, d’écoute , d’attente, de désir de purification de mes intentions.

La volonté propre n’est autre que le désir de m’affirmer comme maître de moi-même, en recherchant ce qui me paraît-être mon bien immédiat, c’est la manifestation de mon égoïsme et de ma suffisance, c’est à-dire de la confiance exclusive que je mets en moi et en mon activité. Celui qui se suffit, -ou croit se suffire-, c’est le riche qui s’imagine que ses richesses viendront à bout de ses désirs et de tous les imprévus de son existence. N’ayant pas besoin des autres, il ne se tourne pas vers eux, il ne se tourne pas non plus vers cet Autre mystérieux sans lequel aucun de nous ne subsiste et ne peut parvenir au vrai terme de son existence.

Lire la suite: Pauvreté et Fraternité