Vers une Ethique chrétienne de l’environnement

Print Friendly, PDF & Email

Fotolia_18045877_LWebLes éléments importants d’une éthique solidaire sont :
*        La reconnaissance de la valeur de la Création
*        L’insertion de l’environnement, comme un des aspects du bien commun
*        Les  structures institutionnelles nécessaires au bien commun
*        La relation entre environnement et développement.

Une éthique adéquate de l’environnement combinera les stratégies pour le développement économique avec celles de l’équilibre écologique.

La reconnaissance de l’autre et ma responsabilité vis-à-vis de cet autre sont les préliminaires  d’  une éthique quelle qu’elle soit.

En reconnaissant l’autre comme indépendant et précieux, je dois modifier mon comportement pour lui manifester mon respect. La réduction de toutes les créatures non humaines à la catégorie d’êtres à valeur instrumentale a entraîné une dégradation massive du milieu ambiant.

La vision de la Sainte Écriture, de Saint François, de Hildegarde de Bingen et de beaucoup d’autres mystiques, nous suggère que la création a une dimension morale indépendante, car toute créature est aimée de Dieu.

Nous sommes conscients d’un bien commun international,qui transcende les limites du local et du national.

Le bien-être des océans, des bois, de l’atmosphère, des animaux et des espèces végétales est une préoccupation qui va au-delà des états et de leur gouvernement, car les thèmes de l’environnement nous obligent à redéfinir le bien commun en termes globaux.

Quand nous consommons nos ressources plus rapidement que leur production, ou quand nous épuisons les ressources non renouvelables sans nous préoccuper des générations futures, nous dérobons leur patrimoine.

Leonardo Boff se réfère à l’humanité comme la conscience de la terre, la réflexion qui nous aide à réévaluer l’interconnexion existante entre tout le créé. Même si  la personne humaine a une position spéciale et est engagée d’une manière unique dans le dessein général de Dieu envers l’univers, la terre ne pourra subsister longtemps encore si notre relation à l’environnement ne se fait d’une manière plus saine; la personne humaine a besoin de la création pour vivre, mais la création n’a pas besoin de la personne humaine. Il est nécessaire de développer des structures capables de protéger l’environnement global, de développer et d’ appuyer les institutions internationales comme les Nations Unies et les traités internationaux comme le Protocole de Kyoto.

L’environnement va au delà de l’obligation des États pris individuellement.

Lire la suite: Que pouvons-nous faire MAINTENANT ?