Se reconnaître soi même comme un étranger

Print Friendly, PDF & Email

Conclusion

L’Évangile nous convie à faire l’expérience de l’hospitalité. Mais il ne s’agit peut-être pas tant d’accueillir l’étranger, de se pencher sur leur situation, que de se reconnaître soi même comme un étranger.

Lorsque Jésus envoie les Douze pour la première fois, il leur recommande de ne rien prendre avec eux, ni pain, ni sac, ni pièces de monnaie, ni tunique de rechange mais de s’en remettre à l’hospitalité de ceux qui voudront bien les accueillir (cf. Mc 6, 7-13). Ils sont invités à faire l’expérience du dénuement et de la vulnérabilité et à s’en remettre à l’accueil de leur propre étrangeté, courant le risque de ne pas être reçu.

Pour le disciple, faire l’expérience d’être accueilli, c’est faire mémoire de sa propre étrangeté, de son exil constitutif et apprendre ainsi la condition de l’étranger. C’est aussi faire l’expérience de la Providence qui l’accueille et lui offre un toit. Jésus lui-même en a fait l’expérience : il s’en est remis totalement à l’hospitalité de sa personne et de son message, depuis le temps de la visitation jusqu’à la croix, de manière inconditionnelle.

0a0a1fe3727f67142fe61abd3f2a0fcdEt encore aujourd’hui, il se présente à chacun comme « l’hôte intérieur », à la fois comme celui qui est en demande d’hospitalité et celui qui l’offre : « demeurez en moi comme moi je demeure en vous ». L’Église vit de cette visitation. Elle a su faire preuve de créativité pour témoigner de cette visitation divine. Aujourd’hui, elle est appelée à inventer de nouvelles formes et de nouveaux lieux d’hospitalité pour manifester que Dieu continue de visiter son peuple. Dans un monde qui a tant de mal à faire de la place à l’étranger, l’Église témoigne de la possibilité d’un vivre ensemble autrement. Toute forme d’accueil a d’emblée une signification politique. L’hospitalité est de fait toujours une tâche éminemment éthique puisqu’elle s’inscrit à la racine morale de l’acte d’habiter ensemble.

Frère Dominique GREINER, assomptionniste.

Voir le site: http://www.assomption.org/fr