Une nouvelle maison verte à Deauville

Print Friendly, PDF & Email
deauville0004

Fraternité de Deauville

Une maison verte, non seulement par la couleur mais aussi par les choix environnementaux !

Notre ancien couvent était trop spacieux pour le nombre de sœurs y résidant, trop coûteux en énergie et trop ancien pour répondre aux besoins de soins, de confort des sœurs les plus malades et les plus dépendantes.

Une étude et une réflexion ont été menées sur l’état des bâtiments et sur l’évolution de la capacité d’accueil nécessaire au fonctionnement de la congrégation.

Les bâtiments actuels nécessitaient d’une part, une rénovation lourde pour les mettre à niveau tant en ce qui concerne les normes de sécurité et d’accessibilité que sur le plan du confort et des coûts d’entretien et d’autre part, leur capacité d’accueil était supérieure aux besoins actuels.

Après avoir étudié une solution de rénovation et aménagement, la congrégation des Sœurs de St François a pris la décision de construire un nouveau bâtiment correspondant aux besoins réels d’hébergement et d’un coût de maintenance et entretien faible.

Une autre demande de la congrégation a été compte tenu de l’évolution prévue du nombre de résidentes, que le bâtiment puisse être divisible afin de s’adapter à cette capacité d’accueil ultérieure.

Il a donc été proposé de prévoir la réalisation d’un bâtiment avec deux parties distinctes en intégrant une éventuelle division si nécessaire. Ces deux parties sont reliées par une galerie vitrée à rez-de-chaussée.

La congrégation des Sœurs de St François a souhaité que ce projet s’inscrive dans une démarche de qualité environnementale.

Cette nouvelle construction se trouve à l’emplacement de l’ancien potager. La composition architecturale du projet en ce qui concerne la partie principale  reprend le principe d’organisation du bâtiment existant avec une distribution des locaux autour d’un cloître.

Les choix environnementaux

1  L’implantation et la conception du bâtiment 

Les deux bâtiments sont de formes compactes sur deux niveaux avec des toitures à faible pente pour minimiser l’impact du vent et  obtenir un bonne inertie.

Les pièces de vie ont été implantées en façades Sud-Est, Sud-Ouest et  Nord-Ouest.

Des protections solaires (pergola, brise-soleil, volets) ont été prévues pour les pièces les plus exposées. De même, l’aménagement paysager a été conçu pour créer des masques végétaux notamment au droit des pièces de séjour.

2 : Les principes constructifs 

Les bâtiments sont réalisés en ossature bois exceptés la partie en sous-sol et les locaux  situés à l’aplomb qui sont en béton pour des raisons de poids compte tenu de la présence de la nappe d’eau à – 1.00 m.

De même les voiles de grande hauteur de la chapelle ont également été réalisés en béton.

Le reste de la construction est réalisé en bois :

– Charpente des parties de couverture en ardoises réalisée en fermette,
– plancher haut  en terrasse en ossature bois.

Les parties de toitures en terrasse sont végétalisées.

L’isolation thermique du bâtiment est réalisée par :
– 220 mm de ouate de cellulose insufflée dans les murs (ce matériau permettant d’obtenir une bonne inertie avec un déphasage thermique important),
– 300 mm de laine de verre en toiture.

Les menuiseries sont en aluminium pour des raisons d’entretien avec un double vitrage à faible émissivité et gaz Argon .

Le chauffage est assuré par deux pompes à chaleur avec un complément par une chaudière à condensation

La production d’eau chaude sanitaire du bâtiment A est assurée par 60 m² de capteurs solaires placés sur la toiture terrasse.

Il a été prévu des lampes à basse consommation.

Un bassin de rétention d’eau a été crée pour répondre à la réglementation concernant le rejet des eaux pluviales limitant le débit de fuite à 1.5 l/s à l’ha. Sa dimension a été augmentée de façon à permettre un stockage pour le réseau d’arrosage.

Dominique Chaudieu, architecte.